Nous respectons vos données personnelles.

J'accepte En poursuivant votre navigation, ou en cliquant sur « j’accepte » vous autorisez l’installation de cookies et la collecte de vos données par l’ensemble des marques de la société ESPR ainsi que de services tiers à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. En savoir plus.

Acceuil Expertise Actualités Marketplace E-learning Réseau professionnel Appels d'offres Se connecter S'inscrire
Trending Now
Article primary image

L’écosystème matériaux de construction pourra enfin démarrer


L’écosystème des industries des matériaux de construction entrevoit le bout du tunnel. Après la signature du contrat de performance du secteur en mars 2016, la Fédération marocaine des matériaux de construction (FMC) et les ministères de l’Industrie et des Finances se sont enfin mis d’accord sur les montants à mobiliser pour mettre sur les rails la structure d’animation de l’écosystème. «Son installation ne saurait tarder. Nous attendons juste que le département des Finances débloque les fonds nécessaires pour pouvoir passer à l’acte», confie au «Matin-Éco», David Toledano, président de la FMC. Selon lui, plusieurs études sur le développement du secteur sont aujourd’hui dans le pipe.
La Fédération est, par ailleurs, sur un autre projet d’écosystème régional. Le projet, en gestation depuis plusieurs mois, élira domicile à Agadir. Des réunions sont, d’ailleurs, prévues, début avril prochain dans la capitale du Souss, entre la corporation et la délégation régionale du département de l’Industrie.
Pour la profession, le mois d’avril s’annonce fécond. En effet, en plus des écosystèmes, la FMC compte relancer au début du mois prochain les réunions avec les autres fédérations sectorielles (Fédération nationale des promoteurs immobiliers, Fédération nationale du BTP et les associations des cimentiers APC – et des sidérurgistes – ASM) pour concocter les pièces maitresses du Plan Maroc Construction 2030.

Cette feuille de route, lancée en grande pompe à Skhirate en novembre 2015, permettra à la profession de quantifier la demande nationale en logements et en infrastructures BTP d’ici 2030 et, partant, définir les besoins en matériaux de construction à cet horizon. Une étude stratégique devra ainsi être lancée pour élaborer ce Plan. À en croire Toledano, si tout va bien, le projet démarrera avant la fin de cette année.
Rappelons que l’écosystème des matériaux de construction concerne cinq filières : le préfabriqué, la céramique, le marbre, l’acier et le ciment. Son opérationnalisation permettra de disposer d’une industrie des matériaux de construction «performante» et «compétitive» qui s’articulera avec davantage «d’efficience» avec le reste des activités économiques et plus particulièrement celles du bâtiment et des travaux d’infrastructure. Résultats attendus à l’horizon 2020, la création de 28.000 emplois industriels additionnels pérennes, dont 16.000 directs. Il s’agit également de générer 10,1 milliards de dirhams de chiffre d’affaires additionnel et 2,9 milliards de DH de valeur ajoutée industrielle supplémentaire. Le secteur devra par ailleurs capter des investissements de près de 2,75 milliards de dirhams.
Source: LeMatin

Commentaires

0

Laissez un commentaire